Sand, George (d. i. Aurore Dupin de Dudevant), Schriftstellerin (1804-1876).

Eigenhändiger Brief mit Unterschrift Ohne Ort [Nohant], 24. III. 1842, Kl.-4°. 2 Seiten. Doppelblatt mit blindgepr. Initialen "G S".

Nicht vorrätig

Beschreibung

Unveröffentlichter Brief an Ernestine-Gabrielle-Sabine-Zénaïde duchesse de La Rochefoucauld-Liancourt, geb. de Chapt de Rastignac (1799-1875). Die sozial engagierte George Sand bittet um einen Platz im “hospice des Ménages” für das Arbeiterpaar Louis und Louise Marcel. Louis Marcel war der Schwiegervater des Zimmermanns Agricol Perdiguier (1805-1875), einer wichtigen Figur innerhalb der französischen Arbeiterbewegung “Compagnonnage”, die George Sand zu ihrem Roman “Le Compagnon du Tour de France” inspirierte und der selbst “Le Livre du Compagnonnage” (1838) verfasst hat. Louis Marcel hatte sich als Fuhrmann bei der Arbeit ein Bein gebrochen: “Madame, Permettez-moi de vous rappeler que vous avez été bien charmante pour moi lorsque j’ai eu l’honneur de vous rencontrer deux ou trois fois, il y a déjà bien des années. J’ai conservé ce souvenir avec douceur, et je l’invoque aujourd’hui, non comme un titre auprès de vous, mais comme un encouragement qui m’enhardit à vous demander une grâce. Monsieur Le Duc de Liancourt a une grande prépondérance dans l’administration des hospices. Un honnête et respectable couple de vieux artisans (Le mari et la femme) voudraient entrer, en payant, aux ménages. Mais il y a déjà longtems qu’ils font des démarches pour être admis, et en attendant le succès, (incertain peut-être), ils sont forcés de puiser chaque jour, dans ce petit fond d’économies, qui leur suffirait pour être admis aux ménages mais qui ne peut être augmenté ni recomplété par leur travail. Ils sont infirmes. Tandis qu’ils peuvent encore assurer le repos de leur vieillesse, ayez donc la bonté de vous intéresser à eux, et d’obtenir de monsieur le Duc qu’il les protège. Je suis sûre que je n’aurai pas frappé en vain à votre coeur, et qu’en faveur du motif qui légitime toutes les hardiesses, vous me pardonnerez généreusement celle de ma démarche auprès de vous. Agréez Madame, l’expression de mes sentimens respectueux George Sand.” – Schöner, unveröffentlichter Brief. (Lieber Thierry, vielen Dank für die große Hilfe).